Le groupe hip-hop californien, Freestyle Fellowship s’est fait grandement connaître pour ses succès suivants : To Whom it may concern (1991), Inner-City Griot (1993) et Temptations (2001) , Shockadoom (2002) et The Promise (2011).  Plusieurs connaissent les emcee’s composant ce collectif monumental du rap expérimental de la Californie: Aceyalone, P.E.A.C.E, Self-Jupiter et Micah 9. Or très peu sont informés sur un des producteurs clés responsable de la sonorité musicale particulière de Freestyle Fellowship. Cet individu se nomme James Sumbi.  Voici un reportage rare et fragmenté en diverses parties, réalisé sur ce dernier .

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :